Mes valeurs

Dans les derniers articles du blog, je me suis présentée et vous ai parlé de mes passions pour les livres. Dans celui-ci, je vous parlerai de quelque chose qui me tient à cœur, soit la protection de l’environnement.

Lors de la publication du 1er octobre, je vous expliquais que je voulais m’orienter vers la récupération, la réutilisation, la réduction, la seconde main, de donner une 2e vie aux objets achetés, trouvés, donnés ou vendus en consignation. Tout ceci est en lien direct  de vouloir réduire mon empreinte écologique et de prendre soin de la planète.

Aujourd’hui, je vous parle de mes gestes concrets pour la protection de l’environnement. Je ne veux pas endoctriner personne et encore moins, penser que je suis meilleure que les autres. Je crois que chaque petit geste compte, peu importe leur ampleur. Je ne suis pas végétalienne et je ne pense pas le devenir. Par contre, j’essaie dans la mesure du possible et selon mon budget, d’acheter local ou au moins canadien. J’essaie de faire des actions pour rendre mon quotidien plus écoresponsable comme avoir des thermostats programmables, utiliser mes sacs recyclables pour les fruits et légumes ainsi que pour l’épicerie, n’envoyer aucun sac à usage unique dans la boîte à lunch de fiston (ou la mienne et celle de mon mari lorsque nous travaillons à l’extérieur en temps pré-covid), acheter en vrac, …

En plus de ces petits comportements, je m’efforce d’encourager l’achat local le plus souvent possible tel qu’aller au marché public de ma ville lorsqu’il est ouvert. Ceci se traduit par moins d’émissions de carbone pour le transport de ces produits. C’est excellent pour la planète! Lors de l’achat local, j’appuie par le fait même une PME (ou une entreprise québécoise ou canadienne). Dans le cadre de la semaine de la PME et en temps de Covid, ces entreprises ont besoin de nous, de vous et de tous.

D’autres petites initiatives  que j’accomplis sont le recyclage des piles, des ampoules fluocompactes, des cartouches d’encre, la peinture vers l’écocentre de ma ville. Ces actions ont une portée bénéfique pour l’environnement. Aucun mercure des piles ou des ampoules ne se trouve enfoui ou dans la nappe phréatique. En ce qui concerne la peinture, les portions inutilisées de peintures domestiques sont récupérées et servent à fabriquer une nouvelle peinture complètement recyclée, la marque Boomerang. Les pots sont aussi recyclés.

Cette année, mes proches auront des cadeaux en lien cette valeur. Un produit fait de recyclé (ex. : boucle d’oreille faite de verre), acheter localement (ex. : j’ai quelques belles boutiques dans ma région), un produit écologique (ex. : un shampoing en beurre) et le tout emballé dans du papier journal ou circulaire et m’assurer que celui-ci est bien recyclé.

Dans cette mesure, je m’informe de petites pratiques au quotidien que nous pouvons intégrer dans notre routine familiale et dont tous les membres de la famille comprennent ce geste. J’essaie d’apprendre à mes fils que nos gestes faits aujourd’hui auront un impact pour leur futur et celui de leurs enfants et sur toutes les générations à venir.

Lorsque je veux changer un comportement, une habitude, j’aime bien que ma famille soit en accord avec cette décision. Dans cette optique, je n’ai pas encore réussi à convaincre mon mari et mes enfants de faire le pas vers le bidet et le papier hygiénique lavable. Je n’ai pas dit mon dernier mot. J Par contre, quand je leur ai dit qu’il n’y avait plus de sacs de plastique à usage unique dans les boîtes à lunch ou l’achat de balles de sécheuse ou ne plus recevoir de Publi-Sac et dépliants publicitaire, tous ont été d’accord.

D’ici la fin de l’année (il ne me reste pas beaucoup de temps), je veux essayer le shampoing sec et en barre, acheter de plus en plus de vrac autant en nourriture qu’en savon, essayer d’éliminer les essuie-tout et pellicule de plastique jetable , de cuisiner des collations au lieu d’en acheter et réduire le gaspillage alimentaire (trouver une façon de commencer le compost dans ma maison parce que ma ville n’offre pas encore la collecte à domicile).

Suite à la lecture de cet article, j’ai eu une conversation avec mon mari sur les prochains choix familiaux que nous pourrions prendre à court terme tel qu’utiliser la corde à linge au lieu de la sécheuse, récupérer l’eau de pluie pour arroser les plantes et fleurs, programmer les thermostats (c’est bien beau d’en avoir, il faut les utiliser), faire un jardin, fabriquer nos produits ménagers, ne plus oublier les bouteilles d’eau réutilisable lors de sorties, moins gaspiller l’eau, acheter encore plus local et faire davantage de recyclage. C’est un bon début. Il vaut mieux y aller de petits gestes concrets et graduels que de tout changer d’un coup. Comme mentionné, ci-dessus, chaque petit geste compte, peu importe leur ampleur.

Et vous, avez-vous des produits, trucs à me proposer, à me partager?

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés